Le Camp de concentration de Thil

Désigné alors sous le nom de « camp de travail de Erz », le camp de concentration Thil-Longwy (Lorraine) a, selon toute vraisemblance, fonctionné du 10 mai 1944 jusqu’au mois de septembre de la même année, date de son évacuation due à l’avance des armées alliées. Les raisons de son implantation dans le Nord de la Meurthe-et-Moselle s’expliquent notamment par la présence, dans la région, de nombreuses mines de fer.220px-Four_crématoire_du_Camp_de_Thil


Thil (54) : le camp de concentration nazi oublié

En effet, après le bombardement de Peenemunde dans la Baltique, principal centre de fabrication des fusées V1 et V2 censées, selon les nazis, renverser en leur faveur le cours de la guerre, les autorités allemandes se sont mises à chercher d’autres sites aménageables. La mine de Tiercelet à Thil, avec ses 250.000 m2 de superficie, a donc été choisie comme usine souterraine devant servir d’unité de fabrication des V1 et V2. On estime que quelques 800 à 900 déportés sont passés par ce camp.

Après la guerre, les habitants de Thil ont décidé d’édifier, par souscription, une crypte renfermant le four crématoire, symbole de l’existence du camp. Ce monument fut inauguré le 17 novembre 1946 en présence de nombreuses personnalités, parmi lesquelles le député Louis Marin, le Président Fondateur de la Fédération Nationale des Déportés Internés Résistants et Patriotes (FNDIRP), le Colonel F.H. Manhés et les représentants du Général de Gaulle et du chef du gouvernement, Georges Bidault. 3 années plus tard, en 1949, le camp de Thil était officiellement reconnu comme « camp de concentration, annexe du Struthof ». Enfin, en 1984, la crypte fut classée Nécropole nationale, entrant ainsi dans le domaine de l’Etat.

La municipalité de Thil et l’Association pour la Mémoire et la Reconnaissance du Camp de Concentration de Thil-Longwy (AMRCCTL) ont mené un important projet d’aménagement de l’accès à la Nécropole permettant ainsi de créer un véritable parcours historique et mémoriel menant les visiteurs jusqu’à la crypte.

Visites libres du « Chemin de mémoires »
Visites de la crypte sur rendez-vous : Mairie de Thil – Tèl : 03 82 89 45 92 – mail de la mairie de Thil

Toute l’histoire de ce camp sur le site de l’AMRCCTL (Association pour la Mémoire et la Reconnaissance du Camp de Concentration Thil – Longwy) et sur ce site

Bibliographie : Eugène Gaspard, Les travaux du IIIe Reich, entre Alzette et Fensch.

One thought on “Le Camp de concentration de Thil

Comments are closed.